Jan Snel construit des maisons passives à Hoek van Holland

9 juillet 2018 | Nouvelles

Tasmanweg 159-161, WVH développe un nouveau projet par une méthode de construction innovante. Les logements sont fabriqués en usine et assemblés sur site. Les 9 et 11 juillet, les différents éléments sont transportés sur site par un convoi exceptionnel.

La construction de deux habitations est relativement chère. Notre mission consiste à les rendre abordables. Cela implique qu’elles doivent être à la portée des gens qui ont droit à une aide au logement. Dans cette optique, nous avons opté pour le système et la méthode de construction de Jan Snel. Les différents éléments constitutifs sont ainsi fabriqués dans son usine. C’est prêts à l’emploi qu’ils sont ensuite transportés sur le site, où les logements sont assemblés en quelques semaines. La construction commence à l’usine. Des travaux de terrassement sur le chantier sont également effectués. Au mois de juillet, les logements sont assemblés et les finitions effectuées sur site en l’espace de deux semaines. Les logements sont livrés en août, lorsque les lignes électriques et les canalisations d’eau ont été raccordées.

Ce seront les premières maisons passives construites par WVH
Ces deux logements permettant d’accueillir une famille chacun sont très bien isolés et ne sont pas raccordés au gaz. Ils sont équipés d’installations économes en énergie et de panneaux solaires sur le toit. Globalement, ils produisent eux-mêmes la quantité d’énergie moyenne nécessaire à une famille pour le chauffage, la ventilation, la production d’eau chaude, l’éclairage et tous les appareils domestiques. Ce projet de construction neuve s’inscrit ainsi dans le droit fil de notre ambition en matière de développement durable.

WVH exploite les possibilités de réaliser ici le « jardin aquatique » idéal
Le jardin aquatique idéal est une idée proposée par Hoekse Druppies, un groupe d’élèves de l’enseignement primaire de Hoek van Holland pour le concours international FIRST Lego League. Le but du jardin aquatique idéal est d’empêcher l’eau de déborder. Combinant végétation et dallage, il permet à la plus grande partie des eaux fluviales de rejoindre la nappe phréatique. L’excédent d’eau de pluie du toit est capté dans un réservoir enterré. Cette eau peut alors être réemployée pour arroser le jardin. Nous souhaitons réaliser ce jardin aquatique idéal dans l’une des habitations, et organiser cet automne des présentations et des visites guidées sur le thème de la durabilité dans la maison et au jardin.

Ces nouvelles constructions en remplaceront deux autres, qui ont été détruites par un incendie et démolies. Leur rayonnement est en harmonie avec l’aspect général de la rue.